Vranovo, au coeur de la Serbie

Publié le par AutourDuVélo

   Zdravo ! Après avoir quitté Sofia en Bulgarie et notre ami Arnaud, nous filons vers le Nord pour retrouver le Danube en Serbie. Nous renouons donc avec ce dernier qui offre ici de magnifiques paysages. Bienvenue sur les Portes de Fer, cette portion du Danube qui constitue la frontière entre la Serbie et le Sud-Ouest de la Roumanie. Il se faufile a cet endroit entre la chaîne des Carpates et celle des Balkans. Ici, la largeur du fleuve atteint à peine 150 mètres (jusqu'a 2 kilomètres auparavant) et forme de très belles gorges.


   Nous enchaînons les tunnels, les kilomètres et les photos. Nous sommes sur le chemin du retour, la fin du voyage approche. On savoure les derniers instants sur nos bicyclettes. Pas de pluie depuis 2 mois, le moral est au beau fixe.
   

   Nous sommes le 6 septembre, il est 18h00, la journée est terminée. Comme chaque soir, il nous faut trouver un endroit pour passer la nuit. Nous sommes a Vranovo, petit village à une cinquantaine de kilomètres de Belgrade. Au détour d'une ruelle, nous croisons Baba. On lui demande si le bois offre une place de choix pour planter notre tente. 1 minute plus tard, nous nous retrouvons dans la cour de la famille Jovanovic. Debut de l'embuscade et de notre immersion dans une famille Serbe...


   Dans cette énorme ferme vivent Mamie Baba (ci-dessous), ses deux fils Boban et Darko ainsi que leurs femmes et enfants. Une jolie communauté qui atteint jusqu'à 12 personnes. Cependant, chacun a ses occupations, les deux familles n'habitent pas la même maison, et ne partagent pas systematiquement le même repas.
   

   Pendant notre sejour à Vranovo, nous avons passé notre week-end à la "Coliba", une cabane dans la forêt à côté d'une rivière, Velika Moreva (qui se jette dans le Danube). En temps normal, cet endroit est reservé aux hommes qui y viennent pêcher et refaire le monde autour d'une bouteille de Rakia, alcool très populaire à travers les Balkans. Exceptionnellement, la présence de Charlotte et des épouses de Boban et Slobodan (Violette et Sneza) a été acceptée pour la soirée. Poivrons grillés, saucisses de chevreuil, tomates ont composé le repas. Nous n'avons pas attrapé de poisson car l'etat d'ebriété du conducteur de la barque était trop avancé: les rames ont terminé au fond de l'eau et nous n'avons jamais réussi à déplier le filet... 


   Le lendemain, nous avons ramassé les pommes de terre avec de nombreux amis du propriétaire. C'est à peu près la seule fois où nous avons pu apporter notre aide pour les tâches communautaires. Et encore, il a fallu insister. Car en effet, ces gens débordent de générosité. Ils pourraient dormir à terre pour nous laisser leur lit. Alors à la maison, bien sûr, il nous était quasi-impossible de donner un coup de main pour préparer les repas, faire la vaisselle, ramasser les poivrons ou les tomates... Ils se sont pliés en quatre pour nous faire plaisir, passés des journées entières à cuisiner des spécialités Serbes. Parfois, nous terminions un repas dans une famille pour en commencer un autre deux minutes plus tard dans la maison d'en face. Au village tout le monde savait qu'il y avait des touristes français. On a reçu des cadeaux et des souvenirs de toute part. Notre départ a été différé à deux reprises. Impossible de partir, ils voulaient nous garder. Mais il a quand même fallu décoller. Les larmes aux yeux, nous quittons Vranovo et notre famille Serbe.


   Rattrapés par nos obligations universitaires, nous devons mettre un terme à cette aventure. Dernière journée de vélo pour rejoindre Belgrade. Pas évident de rouler: le coeur n'y est pas, trop de souvenirs en tête. On appréhende le retour brutal dans notre contrée. Mais nous sommes loin d'imaginer que nous allons sérieusement galérer pour rejoindre Nancy: train et vélo ne font pas bon ménage.

   Première embrouille à Belgrade: il nous faut mettre quelques billets dans la poche du contrôleur pour qu'il nous laisse monter les vélos à bord. Le problème, c'est que ce cher monsieur ne nous a pas fait de ticket, alors à la frontière Serbo-Hongroise, rebelote. De nouveau, il faut batailler pour ne pas être obligé de se séparer de nos vélos au milieu de nulle part. Il est 3 heures du matin. On a pas fermé l'oeil de la nuit entre les contrôles de billets, de passeports, la surveillance des vélos, les négociations avec les controleurs. 6 heures, arrivée à Budapest. Notre train pour Vienne est juste sur le quai d'en face: formidable. Les premiers bagages sont dans le train. Halte la ! Interdit de monter dans ce train avec les vélos. Nous devons attendre le prochain qui part dans une heure. Nous sommes franchement blazés. 12h00: nous voici finalement à Vienne. Il n'y a pu qu'à prendre un train direct pour rentrer à nancy (liaison Paris-Vienne). Petit souci: ce train n'accepte pas non plus les vélos. On doit se taper tous les trains régionaux pour rejoindre Bâle en Suisse. Pas moins de 6 changements, et 8 heures de train. Bon, on prend notre mal en patience. Petite nuit à Bâle sur les bancs de la gare. Départ pour Metz: 5h15. Arrivée 9h. Ca y est, nous y sommes presque. Le train pour Nancy est là, devant nous. Nous prenons l'ascenceur pour rejoindre notre quai.

   Bouquet final, cerise sur le gateau, Charlotte reste bloquée dans l'ascenseur, ce qui nous permet bien évidemment de louper notre train...


   Voilà. On a l'impression d'avoir passé une semaine dans le train, mais nous voici à Nancy. Retour au point de départ. Super, il pleut. Sans mentir, on n'avait pas vu la pluie depuis plus de deux mois, ou alors trois gouttes pendant dix minutes. Allez, c'est pas grave, on est tout de même content de retrouver nos familles et amis.


   AutourDuVélo c'est terminé. Enfin pas tout à fait, car nous allons vous inviter prochainement à discuter de ce voyage et d'autres AutourDunVerre. Difficile de dresser un bilan pour le moment, il nous faut prendre un peu de recul, ne pas se précipiter. On peut tout de même déjà dire, en vrac :


- environ 4500 kilomètres parcourus à vélo à travers 7 pays;
- des jours de pluie qui se comptent sur les doigts d'une main;
- point de vue mécanique: 1 crevaison pour Olivier en 4500 kilomètres, 7 pour Arnaud en 800 kilomètres... le boulet...
- 4 mois à pratiquer la langue "Pictionary" (mimes et dessins pour communiquer);
- apprentissage de: Bonjour, Au revoir, Merci, De l'eau s'il vous plaît, Une bière, dans six langues différentes;
- plusieurs dizaines de commentaires de votre part qui nous ont fait monstrueusement plaisir;
- des centaines de rencontres fabuleuses, certaines inoubliables, d'autres dont on aurait pu se passer;
- des centaines de fautes d'ortographe et de grammaire dans nos articles qui ont fait rager ma mère;
- une hospitalité et une générosité débordante qui nous a parfois mis mal à l'aise;
- quelques coups de savate dans le vélo quand celui-ci n'en faisait qu'à sa tête;
- des heures entières passées devant internet pour vous faire partager ce voyage;
- de belles observations d'un point de vue faunistique et floristique; 
- des milliers de bons moments qui resteront dans nos petites têtes pour longtemps.

On se quitte ici. A très bientôt. Et n'oubliez pas: pour la santé et pour le porte-monnaie, 2 roues valent mieux que 4 ! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

bilic 30/08/2011 18:53


Salut a vous ,je viens de voire votre grand et long parcours FELICITATION de plus vous etiez pas loin de mon village natale "MALA KRSNA" proche la ville de SMEDEREVO ,un grand BRAVO ,Mireille!!


vonnet 19/09/2008 17:37

J'ai eu déjà la chance de voir mon neveu préféré et sa Cralotte au cours d'un déjeuner familial. Cependant, j'attends avec impatience la journée officielle de son retour pour nous conter cette fois-ci de vive voix cette fabuleuse aventure. Oui, de tout coeur bravo à vous !

claire 17/09/2008 22:48

merci beaucoup pour le temps passer à écrire pour nous faire vivre un peu de ce voyage si riche(belle photo, belle histoire explication...)
Et félicitation!!
Sinon a bientôt peut etre pour le bram du cerf au champi!!!!

Hélène 17/09/2008 19:38

BRAVO à tous les 2.
Vous nous avez fait voyager. C'était super. ça va nous manquer.
Bonne rentrée, Bon courage.
A bientôt en Lorraine ? ou Paris ?

casper 17/09/2008 13:22

Salut a vous
Dommage que vous ayez du ecourter votre voyage... Ici il c est aussi mis a pleuvoir et a faire froid 8 degres le matin et 60 mm de pluie au m2 en 1 heure!!! mais il y a tjs une bonne ambiance
a tanto sur l'velo
Casper